Une heure et demie de retard

Compagnie Aello

Service simple et professionnel

Créer un site design

Une heure et demie de retard


de Gérald Sibleyras

 

Une pièce à voir...  


et à ramener chez soi

Pierre et Laurence sont invités à dîner. Mais au moment de partir, Laurence refuse : elle a besoin de parler… Pierre lui laisse cinq minutes. Mais le malaise est plus profond. Il faudra un peu plus de temps pour faire le bilan nostalgique et amusant des 30 ans de vie commune de ce couple bien installé dans la vie qui aborde maintenant une  nouvelle étape de son existence.


Professionnellement, Pierre Sansieu, 61 ans, ne pouvait espérer mieux : avocat fiscaliste, il vient de vendre à un très bon prix ses parts du cabinet à son associé Jérôme Chalmet. Le dîner auquel il se rend avec sa femme Laurence marque l’apothéose de cette réussite. Mais Laurence vit la situation de manière totalement inverse : malgré de brillantes études, elle n’a jamais eu d’activité professionnelle et s’est contentée des occupations d’agrément de l’épouse modèle, en particulier la peinture. L’argent qui coulait à flots a vite érodé le tranchant de ses revendications soixante-huitardes. Mais le petit dernier est parti, elle vient juste d’être grand-mère et la retraite prochaine de Pierre ouvre la perspective de longs moments de tête à tête : Laurence ne supporte pas l’idée de ce dîner qui lui renvoie l’image de la vanité de son existence.


Les enfants lancés sur des voies parfois inattendues, la naissance des petits-enfants, la retraite toute proche, les illusions perdues, une sexualité nouvelle à inventer, la remise en cause des habitudes acquises… Les thèmes abordés par la pièce sont immédiatement parlants aux plus de cinquante ans. Les autres verront peut-être dans Laurence et Pierre le reflet de connaissances proches. Le sujet semble donc très sérieux mais la pièce est  aussi et surtout une comédie qui fait  beaucoup rire avant de faire, peut-être, réfléchir. Le parti pris de la mise en scène est de rechercher la proximité pour laisser entrer le spectateur presque par effraction dans l’intimité du couple : privilégier le naturel, la fluidité, ménager des moments de complicité et de tendresse. Ne pas se priver des effets comiques, mais sans les rendre trop envahissants.


C’est pour prolonger cette perspective intimiste que la pièce est également jouée au domicile des particuliers. Le décor est suffisamment léger pour s’intégrer naturellement dans n’importe quel salon. Même les poissons rouges trouvent facilement leur place. Le jeu et la mise en scène se sont rodés au fil de ces soirées, des rencontres et des échanges avec ces petites jauges de 10 à 20 spectateurs. Le projet de théâtre à domicile se poursuit d’ailleurs au gré des invitations : la prestation, gratuite, ne dépend que des disponibilités des acteurs. 

 

Distribution : Véronique Lucas et Alain Benoist

Durée : 1 heure 20


La Presse de la Manche vendredi 7 février 2014